Passer à la navigation

Les Ingrédients d'une chanson: Avant-propos 1: Pour essayer d'écrire une chanson

C'est non sans humilité que Charles Aznavour évoquait l'effort de mettre au monde une chanson par le titre Pour essayer de faire une chanson, brillante métaphore filée mise en scène en trois couplets et quatre personnages, et menée de main de maître de la première à la dernière ligne en n'omettant aucune des étapes qu'implique créer une chanson. On ne peut que s'incliner devant la grâce d'un grand ciseleur de lignes comme M. Aznavour qui accouche, selon lui, d' [une oeuvrette de rien] et, qui plus est, en illustre finement les rouages internes souvent invisibles aux yeux du profane.

Du policier qui [fouille / cherche / cerne / questionne l'idée], au souteneur qui [frappe / effraie / bat (le tempo) / pour faire hanter (une mélodie)], en passant par le procureur [tenace et implacable] et l'avocat qui [met tout son art dans sa plaidoirie], que voilà un magistral making-of d'une chanson, un « essai » concluant en vingt-quatre lignes de onze pieds bien comptés, de facture rythmique très carrée, d'une construction technique, d'une symétrie et d'une mise en musique impeccables. De plus, l'amour comme point d'atterrissage qu'on ne voit pas forcément venir au départ est une conclusion tout à fait logique et crédible émotionnellement.

M. Aznavour démontre une compréhension organique de la création d'une chanson, et il semble clair dans son esprit que l'ultime destin d'un texte et d'une mélodie réside à ce que les deux soient unis [à vie / pour essayer de faire une chanson]. Du grand art.

Charles Aznavour avait-il un plan précis en tête au moment de pondre la chanson, ou n'y a-t-il eu ici qu'un formidable premier jet inspiré pour communiquer un moment de grâce? Les chances sont élevées pour que rien n'ait été laissé au hasard et que M. Aznavour ait longuement et savamment mûri son propos.

Est-il possible qu'il se soit questionné à l'avance sur des points de création précis, qu'il en ait identifié certains et se soit forgé une idée de l'organisation de son texte avant même de le coucher par écrit? Qu'il y aurait des personnages pour donner chair à des actes abstraits de création? Possible qu'il ait anticipé la structure musicale idéale, quelle serait sa première ligne, où irait l'aboutissement émotionnel, et ainsi de suite? Possible, voire fort probable.

À tout le moins, même si ce texte était le fruit d'un moment de grâce, un travail de réécriture s'est certainement imposé. Qu'importe, l'une ou l'autre de ces approches requiert une fine planification et un soucis du développement qui démontre la profondeur du métier de l'auteur. Mais je miserais davantage sur la possibilité que M. Aznavour ait finement planifié son coup, de façon consciente en se posant certaines questions cruciales que son métier lui a enseigné. Quelles sont ces questions?

Je vous propose de m'accompagner dans les méandres de l'écriture chansonnière afin d'en identifier les composantes, les "ingrédients de base" tels que définis par Mme Sheila Davis dans son livre référence The Craft of Lyric Writing.1

La démarche d'enseignement de la chanson que j'ai développé sur 25 ans se veut une adaptation libre du livre de Mme Davis, doublé de ma propre expérience d'auteur-compositeur-interprète, en plus des multiples études, lectures et ateliers animés à ce propos au fil des ans.

Avant de poursuivre, je pose une question : à quoi sert un texte de chanson, et a-t-il encore seulement une importance pour les auditeurs à notre époque?

1: Sheila Davis, The Craft of Lyric Writing, Writer's Digest, 1985

Avant-propos 2: Quelle importance a le texte de chanson?

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr