Passer à la navigation

Du thème au titre : Quand les hommes vivront d'amour

  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.

Le besoin d'amour est grand en ce monde, de l'intime à l'universel, porteur de paix, d'empathie et de compassion, opposé à la haine, à l'oppression et à la guerre. Ce genre souhaite rassembler l'humanité autour d'un amour universel, égalitaire et infini. Ce sont des chansons souvent issues de conflits déteignants lourdement sur leur époque. On songe à la guerre d'indépendance de l'Algérie, à celle du Vietnam, celles en Amérique latine, et combien d'autres encore. Les angles humanistes invoqués sont ceux de la fraternité, de l'absolu, de la compassion et de la paix.

Quand les hommes vivront d'amour

Quand les hommes vivront d'amour est le parfait exemple de la chanson humaniste, pacifique et utopiste. Écrite par Raymond Lévesque à l'époque où la guerre de l'Algérie dominait les actualités, cet hymne à la paix figure parmi les chansons québécoises les plus connues au monde. Lévesque rêve à voix haute d'un monde meilleur qu'il appelle de tout ses vœux. Le hic? [Quand les hommes vivront d'amour (…) nous, nous serons morts mon frère].

De forme musicale AABA sur 32 mesures (le bloc est répété intégralement après modulation), le propos se développe une ligne à la fois pour construire un argument à la fois simple et profond, qui aboutit au pont - le B – et livre la morale de l'histoire : [Dans la grand' chaîne de la vie (…) Nous aurons eu la mauvaise partie]. L'auteur se veut philosophe et fait contre mauvaise fortune, bon cœur. C'est à la fois logique, émotionnel et profondément vrai.

Imagine

Dans le rayon des grandes chansons humanistes, Imagine est difficile à surpasser. Il faut dire que John Lennon n'en était pas à son premier appel à l'amour universel : The Word, All you need is love, Across the universe, Give peace a chance, pour ne nommer qu'elles, sont dans l'imaginaire collectif mondial pour des décennies à venir.

Lennon était fasciné par l'art du slogan pour communiquer son message au plus grand nombre possible. Écrite sur une progression d'accords I-IV-V, sa tonalité en Do et son tempo lent prédisposent à l'écoute. Comme dans la pièce de Raymond Lévesque, le titre agit comme un résumé du synopsis et suggère immédiatement un monde meilleur, sans paradis ni enfer, que du ciel...

La forme est une AABA. Chaque couplet A fait 12 mesures, et les 8 premières en forment le cœur, avec le titre bien en évidence en ouverture, qui suggère, subversivement: [Imagine there's no heaven]. Le titre revient à la 9ème mesure, symétriquement, pour aller au bout de l'idée: [Imagine all the people living life in peace]. Les 4 dernières mesures préparent la montée IV-V pour un effet de crescendo, comme un pré-refrain prépare l'arrivée du refrain, avec un Sol7 en suspens.

De Sol7, on revient à la tonique Do - le point de départ de la gamme – avec l'impression de retomber sur nos pieds. Ce deuxième couplet A enchaîne et élabore sur l'utopie : pas de paradis, de pays ou de religion. Même progression harmonique qui débouche sur le pont attendu - le B - qui va compléter les couplets : Tu me diras que je suis un rêveur, mais je ne suis pas le seul. Ce qui appelle un dernier retour d'un A, suivi d'une ultime section B pour conclure sur une note d'espoir : [I hope someday you'll join us / And the world will live as one].

Aimons-nous

Ce titre, signé Yvon Deschamps et Jacques Perron, est une autre grande chanson rassembleuse issue du Québec. C'est un appel à la fraternité humaine qui dépeint l'amour de mille manières avec ses multiples mises en contexte.

Sa structure musicale va ainsi : on a un premier bloc (A) de huit mesures, dans lesquels quatre accord (Fa-Sib-Solm7-Do7) occupent deux mesures, pour un total de 8 temps. S'ensuit un second bloc (B) de huit mesures dans lesquels chaque accord (Fa-Lam-Solm7-Do) durent une seule mesure plutôt que deux, créant du coup une dynamique musicale contrastante et alerte. On peut percevoir A et B comme un seul bloc totalisant 16 mesures (A+B), qui se répétera intégralement immédiatement pour se rendre à 32 mesures.

La partie (C) qui arrive alors conjugue l'amour à tous les pronoms : [Je t'aime, tu m'aimes, il l'aime...]. L'usage de pronoms en chanson est très répandu. On s'en sert tout le temps. Ici, l'exercice de la conjugaison épouse bien cette partie musicale qui, pareille à un pont, amène une diversion pour l'oreille en créant une montée musicale (Lab-Mi-Sol#m) d'une douzaine de mesures, avec une progression harmonique qui n'apparaitra qu'à cet endroit. L'auteur profite de l'opportunité pour se démarquer et accentuer l'effet de contraste de cette section, comme pour illustrer son universalité, si besoin était. La ligne : [Aimons-nous comme il se doit / resserrons l'étreinte qui nous étouffera de joie] assure une conclusion à la hauteur de l'intention de départ de l'auteur : [aimons-nous mon frère].

Quand on n'a que l'amour

Quand on n'a que l'amour ouvre aussi avec le titre et développe autour de l'amour de façon conceptuelle, débutant par l'amour entre deux personnes [pour vivre nos promesses […] pour meubler de merveilles […] la laideur des faubourgs]. L'amour se fait altruiste afin de s'[offrir à ceux-là dont l'unique combat est de chercher le jour], et ratissera large en invoquant le destin [à chaque carrefour].

Un sentiment anti-militariste est souvent un carburant inhérent aux grandes chansons utopiques. Chaque époque traversée par un conflit d'ampleur semble avoir accouché d'une chanson utopique. L'angle anti-militariste apparaît ici au dernier couplet, lorsque l'[on n'a que l'amour pour parler aux canons […] pour convaincre un tambour]. Par une prose poétique à vous arracher le coeur, le propos décolle jusqu'à ce que, par la seule [force d'aimer, nous a[y]ons dans nos mains, amis, le monde entier]. Rien de moins.

Structuré en crescendo, ce morceau est constitué d'un premier bloc (A) de huit mesures sur lequel se déploie une progression d'accords I-VIm-IIm-V (Do-Am-Rém-Sol) se concluant sur un accord de dominante (V) Sol7, qui crée la tension désirée pour revenir à la tonique Do, l'équivalent de rentrer à la maison. C'est le propre d'une relation tonique-dominante.

Ce bloc (A2) se répétera identiquement, sauf pour aboutir cette fois sur un accord de Mi (au lieu du Sol7 précédent) qui s'étendra jusqu'au couplet suivant (A3) grâce à une habile substitution du Do par le Mi, qui ajoute une touche de gravitas, avant de retrouver la progression harmonique déjà établie. Ce troisième couplet de 8 mesures sera aussi doublé pour totaliser 16 mesures.

Le cinquième couplet, toujours de 8 mesures, ouvre cette fois sur un Lam - 6ème degré de la gamme de Do et, du coup, sa relative mineure – maintenu sur les 4 premières mesures. C'est un changement de couleur qui surprend l'oreille et ajoute une teinte dramatique. Les cinq couplets totalisent 40 mesures. Répétez et vous avez une chanson de 80 mesures minuté à 2:26. Doser l'amplitude de chaque couplet permet à Brel d'y aller avec toute la gomme pour terminer au sommet de l'émotion, sur le bout des pieds. C'est une dynamique qu'il appliquera aussi dans La quête, d'ailleurs.

Aimer

L'amour devient injonction dans Aimer de Jean-Louis Murat : [Il faut aimer] avance-t-il, obligation intimée sensuellement, suivi là aussi de prose poétique. Il faut [choyer l'âme vagabonde] pour que [le corps vivant ce monde / vive heureux chaque seconde].

Love Song, endisqué par Elton John sur Tumbleweed Connection énumère ce que l'amour représente pour être authentique en relation : [L'amour est la porte d'entrée / L'amour est ce pourquoi nous sommes ici […] L'amour est la clé […] La vérité est la flamme […] La liberté est la leçon à en tirer […] ]. Comme il est dit en amorce : [Les mots que j'ai à dire / Ils sont simples, mais ils sont vrais]. C'est un tour de force que de tirer une pièce intéressante d'un titre aussi commun que Love Song. Sur Paroles.net, 34 appellations « Love Song » d'artistes différents apparaissent, uniquement pour ces deux seuls mots. Et le nombre 34 est un minimum de chansons répertoriées. J'en connais d'autres qui n'y figurent pas. Titre surutilisé.

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr