Passer à la navigation

Thèmes et titres: Parlez-moi d'amour

Ne serait-ce que par sa pérennité, Parlez-moi d'amour figure au sommet des grandes chansons d'amour. Créée par Jean Lenoir en 1924, elle a été traduite en 37 langues et a berçé les oreilles de toutes les générations depuis 1930, année où elle fut d'abord endisquée en 1930 par Lucienne Boyer, et l'ensemble des grandes pointures vocales, dont Juliette Gréco, Piaf et Dalida.

La chanson ouvre par le refrain en donnant le titre d'entrée de jeu. C'est la partie forte, le hook. Les couplets nous ramènent à un discours où l'interprète n'est pas dupe et fait la part des choses. La réalité peut être [amère], et cela donne le contraste attendu avec le refrain. Chaque ligne compte et propose le nécessaire pour faire avancer le texte. La candeur de la formulation peut faire sourire de nos jours, mais sa vérité est intacte.

L'acte de communiquer sur le sujet de l'amour est une équation thématique chansonnière très fréquente. Dire, chanter, commenter ou appeler à l'aide sont des fonctions essentielles pour se parler d'amour, de liberté, d'émancipation et de bonheur. La formulation de se « parler d'amour » est une pierre fondatrice dans l'édifice des chansons le chantant.

Parlez-moi un peu d'amour (Gilles Vigneault / Gaston Rochon) reprend cette idée sous la forme d'une litote. Titre à l'apparence modeste, le texte de M. Vigneault y va d'une délicate attaque : [J’arrive à toi de partout / C’est de ta peau qu’il fait doux / C’est de ton souffle qu’il vente]. Si le morceau paraît vieillot au début, l'arrangement musical se déploie réellement dans la deuxième moitié du morceau. La répétition des [Parlez-moi] par le choeur dans le refrain crée un effet de renforcement de l'appel de l'intimité souhaité.

Speak Softly Love, la chanson thème de The Godfather raconte, elle, une histoire d'amour, mais aussi de vœux plus profonds, qui se murmurent dans une intimité où la vie, l'amour et la mort forment un trio coulé dans les liens du sang. Le texte signé Larry Kusic recèle de pépites comme les [Wine-colored days, warmed by the sun / Deep velvet nights, when we are one], ou encore [The vows of love we make will live until we die].

Parle plus bas, sa version française, n'est pas piquée des vers non plus. Signée Boris Bergman et interprétée par Dalida, elle aborde davantage le thème de l'amour fou, celui de tous les excès, et de l'incompréhension que cela suscite inévitablement quand ça dérape : [Le monde n'est pas prêt pour tes paroles tendres ] (…) [Tu sais très bien qu'il ne voudrait jamais comprendre], pour conclure : [Tu sais très bien que nous ne pouvons rien attendre / De ceux qui ont fait des chansons / Sans un "je t'aime" où l'amour rime avec raison]. De fort calibre.

Parlez-moi de lui

Une variante sur le thème, Parlez-moi de lui prend le chemin à sens inverse de deux façons, soit par le biais de la rupture et de l'éloignement, mais aussi par interlocuteur interposé. Le texte est en fait le long questionnement d'une amoureuse esseulée et cherchant des réponses dans son entourage. Lancé par Dalida d'abord en 1966, Françoise Hardy en a fait un de ses grands succès deux années plus tard. Chapeau à Jack Dieval et Michel Rivgauche. La livraison vocale de Mme Hardy est bouleversante de justesse.

Curieusement, en 1973, moins de dix ans plus tard, une autre Parlez-moi de lui est lancée par Nicole Croisille, qui a aussi beaucoup tourné. Créée par Hubert Giraud et Jean-Pierre Lang, le texte relève du même genre de questionnement par celle restée derrière, mais prend une tournure différente, celui de l'amoureuse affirmative de son amour, accompagnée sans relâche du choeur qui la relance ponctuellement : [Il ne pense qu'à toi], qui devient pratiquement un titre entre parenthèses.

Le texte est riche en détails, le ton est volontaire, la tonalité en mineur devient groove langoureux, l'interprète est plus que convaincante, bref... Ça donne un titre vigoureux, à la fois similaire et différente de l'autre, comme peuvent l'être un frère et une sœur. Tout ça pour dire qu'il y a toujours moyen de faire sien une bonne idée qui flotte dans l'air du temps...

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr