Passer à la navigation

Un vers répété à la fin d'un couplet est-il un refrain ?

On vient de voir que le refrain se doit d'être une nouvelle partie, d'au moins huit mesures pour être légitimement considéré ainsi, et qu'il doit répondre à la prémisse posée par le couplet qui cède la place au refrain: « et c'est pourquoi je dis... ». Il doit y avoir une logique tant rationnelle qu'émotionnelle au fil des parties qui alternent. Un vers répété peut-il donc être perçu comme refrain? Ça n'est pas impossible, si celui-ci débute une nouvelle section dont on sentira une montée en intensité et en musicalité, un certain « pic » tel que représenté sous forme de triangle précédemment.

On a plus de chance que le vers répété vienne donner l'impression de clore une partie, un couplet. On aura alors une sensation de finalité plutôt que de décollement (n'oublions pas le rôle joué par la musique et la mélodie ici). Mais aussi, terminer un couplet par le titre, qui se répétera dans le refrain qui suit immédiatement, risque de tuer un certain effet de surprise. Pas une bonne idée.

Habituellement, le vers accrocheur qui ouvrira le refrain a toutes les chances de devenir le titre. Habituellement, mais pas tout le temps; pour certains refrains, le titre sera positionné en dernier; on se  trouvera alors « aspiré » vers celui-ci, et les phrases qui le précéderont devront préparer le chemin pour qu'il tombe sous le sens. À tout le moins, on devrait répéter le titre à au moins deux reprises dans le refrain, histoire de le mettre en valeur.

Le titre se doit de figurer dans le refrain, comme on l'a vu précédemment. Sous réserve d'exception (ce qui n'est jamais impossible, on est dans le domaine de la créativité), on ne sera donc pas ici en présence du début d'une nouvelle partie. On risque plus d'être en présence d'une forme AAA, ou un vers répété fera office de "rappel". On verra ça dans la partie sur la AAA.

D'une façon, ce que j'expose ici figure comme  « norme », comme règle générale. C'est toujours possible  de démontrer qu'une chanson en particulier contourne ladite règle, et que ça fonctionne quand même. Il se peut que ça soit vrai, mais ça a aussi toutes les chances de démontrer que l'on parle de l'exception qui confirme la règle.

« Une chanson a-telle toujours besoin d'un refrain ? »

Non. Encore là, cela dépend de la forme choisie et du déploiement de la mélodie. Les formes AAA et AABA n'ont pas de refrains tel qu'on l'a vu précédemment, et un grand nombre de chansons ne répondent pas aux critères du refrain/couplet cités plus hauts, et sans que nos oreilles profanes n'en souffrent trop, soit dit en passant.

Mais comme la chanson n'est pas une science mais bien évidemment un art, on sera tenté de qualifier de « refrain » toute phrase mémorable qui se détachera dans une chanson, et qui pourrait faire office de « hook », de ligne mémorable.

L'oreille cherchera à retenir une phrase mélodique qui ressortira. Mais si on revient à certaines balises strictes, plusieurs chansons qualifiées de « refrain/couplet » échoueront au test des huit mesures ou à celui du titre absent du refrain.

Mais bon, c'est sûr que ce n'est pas une raison pour bouder une bonne chanson, n'est-ce pas?

À suivre: Quel est le rôle du couplet?

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr